Archives du mot-clé google

google

Référencement, quelques conseils pour bien débuter

L’algorithme de référencement de Google a toujours été, et restera probablement toujours, un mystère ! Le référencement n’est pas une science exacte, néanmoins, il existe des pratiques à éviter, qui permettent de mieux se faire voir par le robot du géant américain. Petit tour d’horizon des choses à éviter.

Au fil des années, Google a accumulé les mises à jour de son algorithme de référencement. Si les détails de la formule magique sont bien gardés, il n’en reste pas moins que les mises à jour Panda, Penguin et Hummingbird ont profondément bouleversé les critères de référencement. Une seule chose est sûre aujourd’hui, Google privilégie l’expérience utilisateur pour classifier les pages. Voici donc les mauvaises pratiques à proscrire désormais.

Les fautes de français

Cela peut paraître évident et pourtant. Le contenu est devenu le Graal de tout référenceur. Mais pas n’importe quel contenu. Un contenu pertinent et surtout intelligible ! Les erreurs de syntaxes et de grammaires sont devenues une vraie cible pour les robots de Google. Grâce à leur investissement dans l’intelligence artificielle et le machine learning, les Googlebot sont impitoyables avec les fautes de français. Évitez également les répétitions de mots-clés beaucoup trop grossières qui peuvent être passibles de déclassement. Privilégiez donc un contenu qualitatif, grammaticalement et syntaxiquement irréprochable, avec un vocabulaire riche.

Le plagiat

Retrouvez un même contenu sur deux pages différentes n’apporte rien à l’expérience utilisateur. Google a donc choisi de sanctionner les contenus dupliqués et proscrire le plagiat. Inutile de préciser qu’il est impossible de duper les robots de Google qui possèdent les dates de publication des contenus.

Les mauvais liens

Le netlinking (échange de lien) et une pratique encore très appréciée en SEO, encore faut-il bien le faire. A l’instar du contenu, l’échange de lien est soumis à de fortes contraintes pour éviter les abus que nous avons connus aux balbutiements du référencement. Les liens hors contexte, sans rapport, matraqués et trop répétitifs peuvent desservir votre propos. Une fois encore, Google privilégie l’expérience utilisateur. Il faut donc que les liens soient pertinents et apportent une réelle plus-value au propos. Une méthodologie qui n’est pas anodine car au final ce sont les liens générés « naturellement » qui sont privilégiés par un contenu de qualité.

Besoin de conseils pour votre référencement? N’hésitez pas à nous contacter !

 

Cloud_elegant

Cloud, le marché progresse

Les chiffres du deuxième trimestre de 2016 viennent de tomber, et le Cloud semble toujours dans une forme olympique. Les quatre principaux acteurs continuent de cavaler en tête tandis que les autres progressent encore.

Les dernières statistiques du cabinet Synergy Research confirment l’excellent état de forme du Cloud. Le marché du nuage continue d’affoler les compteurs en enregistrant une hausse de 51%, un taux très largement supérieur au secteur de l’informatique. Concernant le quatuor de tête, AWS, Microsoft, Google et IBM cumulent une augmentation de leurs revenus liés au Cloud de 68% sur ce second trimestre. Augmentation bien au-delà des 41% des 20 acteurs qui se partagent l’autre grosse part du gâteau. Pour les miettes, la hausse, bien que plus faible (27%) reste néanmoins plus qu’honorable.

Parmi les cadors, AWS continue d’assoir sa domination avec des revenus trois fois supérieurs à ses concurrents directs que sont Microsoft et Google, bien qu’ils peuvent se targuer d’avoir des taux de croissance supérieurs à la firme de Seattle. IBM de son côté, continue de figurer dans le classement grâce à sa forte présence dans le domaine du cloud privé.

Evolution des principaux acteurs du marché du Cloud

Evolution des principaux acteurs du marché du Cloud

Externalisez vos infrastructures avec eaZyRun.

 

 

google cloud

Cloud : Google passe à l’offensive

Création de 12 datacenters, recrutements, proposition de nouveaux services, ajustement tarifaire… Google affirme sa volonté de devenir un acteur majeur dans le marché du Cloud via Google Cloud Platform. Aperçu.

Alors que Google se classait au 4e rang mondial du secteur derrière les leaders du marché que sont Amazon (AWS, 31%), Microsoft (Azure, 9%) et IBM (Softlayer, 7%) fin 2015, la firme de Montain View a enclenché la seconde. Avec « seulement » 4% du marché mondial, Google a décidé de mettre les bouchées doubles pour combler son retard. Un retard toutefois structurel comme l’explique Louis Naugès, PDG du cabinet Dhasel Innovation : « Amazon et Google ne sont toutefois pas partis sur la même ligne de départ. AWS fête ses dix ans alors que Google a annoncé la commercialisation de sa plateforme en 2012. Et puis que range-t-on derrière ces chiffres ? Face aux tenants du cloud public que sont Google et Amazon, quelle est la part de cloud privé générée par Microsoft et IBM ? »

4 angles d’attaque

Pour se faire, Google a fait appel à Diane Greene, co-fondatrice de VMware, propulsée responsable du pôle Cloud de l’entreprise (comprenant Google for Work, Google Apps et Google Plateform). Et le plan d’action se divise en quatre principaux aspects.

  • Création de 12 nouveaux datacenters dans des zones stratégiques. Le géant américain a jeté son dévolu sur l’Oregon et Tokyo pour ses infrastructures. Grâce à cette nouvelle capacité, la Google Cloud Platform (GCP) multipliera le nombre de ses sites par 4.
  • Des renégociations tarifaires. Dans un billet, Miles Ward, responsable de l’offre GCP a laissé entendre que les services de Google seraient de 15 à 41% moins chers que ceux d’AWS.
  • Une mise en valeur se l’offre. Plus reconnu pour son moteur de recherche que son offre Cloud, Google a pourtant des arguments à faire valoir car son offre couvrirait tous les spectres de l’IT avec de l’infrastructure (IaaS), de la plateforme (PaaS), du développement (Computer Engine ou App Engine), du stockage (Bigtable, Datastore), du réseau (Load Balancing, Dataflow) ou du Big Data (BigQuery, Dataflow).
  • Surfer sur le machine learning (l’intelligence artificielle). Google peut se targuer d’être à la pointe sur ce secteur et peut jouer dessus. Le projet de recherche Deep Learning, la victoire d’AlphaGo contre le champion du monde du jeu de Go, « 1500 projets internes font appel au machine learning » rappelle Christophe Baroux, responsable de GCP pour la zone EMEA.

Et se focaliser sur le machine learning est un très bon choix selon Louis Naugès. « La prochaine décennie sera celle du machine learning. Or, aucune entreprise au monde ne pourra en faire en interne, sans la puissance de calcul du cloud. Le machine learning sera le cheval de Troie de Google pour proposer d’autres services ».

Néanmoins, ce n’est pas tant la qualité des services proposés par Google qui leur font défaut, mais leur image. « Google a du mal à convaincre, notamment les grands comptes. Il a un déficit d’image », estime Louis Naugès. « Cela ne suffit pas d’avoir d’excellents produits pour que les clients viennent à lui. En face, les commerciaux d’IBM et Microsoft tissent des relations avec les DSI depuis 20 ou 30 ans. »

Découvrez nos offres de Cloud applicatif.

 

L’e-mail Cloud en plein essor

Selon les dernier chiffres publiés par Gartner, 13% des entreprises cotées en bourse utiliseraient désormais une messagerie en mode Cloud. Sans réelle surprise, il s’avère que Microsoft et Google dominent le marché de la tête et des épaules avec respectivement 8,5% et 4,7% des parts de marché.

Mais au-delà de la rivalité entre les deux géants, le cabinet insiste surtout sur l’évolution du marché. Seulement 13% des messageries d’entreprise utilisent la technologie Cloud, ce qui en fait un marché encore très ouvert. « Le marché de l’e-mail Cloud est encore aux premiers stades de l’adoption » souligne t-il.

Il existe donc un fort potentiel de développement. « Les entreprises qui envisagent l’e-mail Cloud devraient remettre en question les hypothèses selon lesquelles l’e-mail en cloud public ne convient pas dans leur région, pour leur taille ou leur l’industrie. Nos résultats suggèrent que des organisations nombreuses et variées utilisent déjà l’e-mail Cloud, et ce chiffre est en croissance rapide » juge Gartner.

Découvrez notre offre eaZyMail de messagerie collaborative !