Archives du mot-clé AWS

Azure

Cloud, Azure poursuit sa remontée

Les derniers chiffres du marché de l’infrastructure cloud sont tombés et Microsoft Azure continue sa remontée fantastique. Cette étude réalisée par Canalys confirme les résultats incroyables d’Azure enregistrés par d’autres analystes.

Microsoft Azure continue son petit bonhomme de chemin dans sa conquête du marché du Cloud, toujours dominé par Amazon. Néanmoins, la tendance est clairement en la faveur de la firme de Redmont qui connaît une période de croissance exceptionnelle. Le rapport fait état d’une progression du marché des infrastructures cloud de 42%. Et parmi les acteurs, c’est Azure qui s’en sort le mieux avec une croissance de +93%, devant Google (+74%), AWS (+43%) et IBM (+38%).

Il faut néanmoins mesurer ces chiffres qui ne représentent qu’une progression. Or AWS pèse toujours plus de 30% du marché, soit le double de Microsoft Azure. Néanmoins, la dynamique est en faveur du cloud de Microsoft, c’est indéniable. Et cette dynamique n’est pas anodine. Selon les analystes du cabinet, elle est fortement influencée par une nouvelle approche d’un marché très concurrentiel. « Le channel est devenu indispensable pour gagner. Les principaux fournisseurs de cloud se concentrent sur le développement du channel » précise Jordan De Leon, analyste chez Canalys.

Côté channeling, AWS tirerait son épingle du jeu, alors qu’Azure s’appuierait sur une nouvelle clientèle fraîchement convertie au cloud. Opération facilitée dans la mesure où de plus en plus de fournisseurs IT font appel à Azure Stack pour proposer des offres hybrides.

Externalisez vos infrastructures avec eaZyRun

microsoft-azure-logo

Azure a le vent en poupe

Le dernier baromètre sur le marché du cloud, réalisé par RightScale, dénote une forte augmentation du taux de pénétration d’Azure, le cloud public de Microsoft, sur le marché. Une tendance d’autant plus remarquable que le leader Amazon (AWS) se stabilise. Explications.

Azure n’en finit plus de combler son retard. Alors qu’AWS constate un taux de pénétration sensiblement identique à l’année précédente (57%), le taux d’adoption d’Azure croît de manière exponentielle. Alors qu’il était de 20% début 2016, le taux d’adoption d’Azure culmine désormais à 34% révèle le dernier baromètre RightScale « State of Cloud Report ».

Indicateur tiré du baromètre annuel 2017 de RightScale sur le marché du cloud. © RightScale

Indicateur tiré du baromètre annuel 2017 de RightScale sur le marché du cloud. © RightScale

Azure tire surtout son épingle du jeu chez les grandes entreprises (plus de 1000 salariés). Selon l’étude, le taux d’adoption du cloud de Microsoft dans cette frange de client est passé de 26% à 43%. Une évolution somme tout logique à la vue des efforts qu’a entreprit la firme de Redmont ces dernières années pour développer Azure. Extension de son réseau de Data centers (avec l’ouverture prochaine de deux établissements en France), augmentation constante du nombre d’applications, un focus sur l’intelligence artificielle et l’IoT et de multiples partenariat avec des éditeurs SaaS,

Rajoutez-y des bundles tout fait pour répondre aux besoins des entreprises et vous verrez que Microsoft a établi une stratégie bien huilée pour conquérir un marché jusqu’alors sur-dominé par AWS.

Externalisez vos infrastructures !

Cloud_elegant

Cloud, le marché progresse

Les chiffres du deuxième trimestre de 2016 viennent de tomber, et le Cloud semble toujours dans une forme olympique. Les quatre principaux acteurs continuent de cavaler en tête tandis que les autres progressent encore.

Les dernières statistiques du cabinet Synergy Research confirment l’excellent état de forme du Cloud. Le marché du nuage continue d’affoler les compteurs en enregistrant une hausse de 51%, un taux très largement supérieur au secteur de l’informatique. Concernant le quatuor de tête, AWS, Microsoft, Google et IBM cumulent une augmentation de leurs revenus liés au Cloud de 68% sur ce second trimestre. Augmentation bien au-delà des 41% des 20 acteurs qui se partagent l’autre grosse part du gâteau. Pour les miettes, la hausse, bien que plus faible (27%) reste néanmoins plus qu’honorable.

Parmi les cadors, AWS continue d’assoir sa domination avec des revenus trois fois supérieurs à ses concurrents directs que sont Microsoft et Google, bien qu’ils peuvent se targuer d’avoir des taux de croissance supérieurs à la firme de Seattle. IBM de son côté, continue de figurer dans le classement grâce à sa forte présence dans le domaine du cloud privé.

Evolution des principaux acteurs du marché du Cloud

Evolution des principaux acteurs du marché du Cloud

Externalisez vos infrastructures avec eaZyRun.

 

 

Cloud_elegant

Cloud, Microsoft rattrape Amazon

Selon un récent sondage réalisé par Morgan Stanley, Microsoft serait en passe de prendre la première place en temps que fournisseur IaaS de Cloud public devant Amazon Web Service.

Alors qu’AWS est, encore aujourd’hui, leader incontesté du marché du Cloud, il se pourrait que la tendance s’inverse au profit de Microsoft dans les années à venir. Bien qu’arrivé plus tard sur le marché, Microsoft grignote petit à petit son retard sur AWS et devrait, à l’horizon 2019, devenir le premier fournisseur d’IaaS.

Prévision du marché du Cloud avec forte baisse du privé au profit du public

Prévision du marché du Cloud avec forte baisse du privé au profit du public

 

 

 

 

 

 

 

 

 

C’est une étude à mettre au crédit de Morgan Stanley (banque américaine) réalisée auprès de 100 DSI aux USA et en Europe qui donne ce constat. D’après l’étude, 31% des DSI utiliseraient la plate-forme de Microsoft dans un futur proche, contre 12% aujourd’hui. Ce n’est bien sûr qu’une tendance mais elle tend à se vérifier tant la firme de Redmont remonte inlassablement son retard dans le secteur. Microsoft est d’ailleurs devenu le premier fournisseur de PaaS avec 18% de part de marché contre 16% pour Amazon. Un statut quo est d’ailleurs prévu d’ici à 2019 avec 27,8% de PDM pour Microsoft contre 22,4% pour la firme de Seattle.

L’autre information importante à tirer de l’étude est la forte croissance probable du Cloud public au détriment du Cloud privé. Seuls 10% des DSI affirment qu’ils resteront fidèles au Cloud privé alors qu’aujourd’hui 55% d’entre eux l’utilisent. Des applications comme Adobe, Hubspot ou Salesforce devraient également entamer une migration du privé vers le public.

A noter que les appliance on site vont continuer leur décroissance au profit d’une externalisation des applications.

Externalisez vos infrastructures avec eaZyRun.

aws

Cloud, AWS franchit un (nouveau) cap

Si l’omniprésence d’Amazon Web Service ne fait aucun doute dans la sphère du Cloud public, il ne faut pas oublier que le géant américain était à la base une entreprise de e-commerce. Néanmoins d’après les derniers chiffres, la branche Cloud d’Amazon serait devenue l’activité la plus rentable du groupe.

Alors qu’AWS annonçait une croissance de 78% de son chiffre d’affaire sur l’année précédente, la firme est devenue l’activité la plus rentable du groupe Amazon avec 52% des profits opérationnels. Cette nouvelle n’a cependant rien d’étonnant lorsque l’on regarde les efforts et investissements consentis par l’entreprise sur ce secteur depuis 2006 (ouverture du premier Cloud client).

190 pays couverts et une capacité « 10 fois supérieure que les 14 autres acteurs du cloud computing » sur un marché de 16 milliards de dollars (2014) explique Werner Vogels, directeur technique d’Amazon Web Service lors de l’AWS Summit qui s’est déroulé à Paris le 31 mai dernier. Amazon reste leader incontesté du secteur bien que l’écart tende à se restreindre.

AWS peut également se targuer d’être l’organisation IT à la croissance la plus rapide de l’histoire d’après Karl Keirstead, analyste pour la Deutsche Bank. Un succès qui s’explique par l’adhésion massive du Cloud des entreprises. « Il n’y a plus d’entreprise aujourd’hui qui n’ait pas une stratégie cloud-first en place » renchérit Werner Vogels.  D’autant que de plus en plus d’entreprises, adeptes de l’hybridation des infrastructures, réfléchissent désormais à une externalisation totale. A l’instar de Netflix, Spotify, AOL, Juniper ou Hertz, des multinationales comme Samsung ou Vodafone seraient tentés par un basculement total dans le Cloud.

En marge de l’AWS Summit, Awa Ndiaye, chef de projet Open Innovation à la mairie de Paris a expliqué que la capitale développe une plate-forme Open Data pour faciliter la « gouvernance des données ». Que ce soit pour renseigner en temps réel de la disponibilité des Vélib ou l’installation de capteur sur la place de la Nation pour « renseigner les citoyens et les urbanistes en vue du réaménagement de ce carrefour de l’Est parisien », le Cloud semble s’imposer pour ce genre de projet.

Découvrez nos offres d’externalisation d’infrastructure.

google cloud

Cloud : Google passe à l’offensive

Création de 12 datacenters, recrutements, proposition de nouveaux services, ajustement tarifaire… Google affirme sa volonté de devenir un acteur majeur dans le marché du Cloud via Google Cloud Platform. Aperçu.

Alors que Google se classait au 4e rang mondial du secteur derrière les leaders du marché que sont Amazon (AWS, 31%), Microsoft (Azure, 9%) et IBM (Softlayer, 7%) fin 2015, la firme de Montain View a enclenché la seconde. Avec « seulement » 4% du marché mondial, Google a décidé de mettre les bouchées doubles pour combler son retard. Un retard toutefois structurel comme l’explique Louis Naugès, PDG du cabinet Dhasel Innovation : « Amazon et Google ne sont toutefois pas partis sur la même ligne de départ. AWS fête ses dix ans alors que Google a annoncé la commercialisation de sa plateforme en 2012. Et puis que range-t-on derrière ces chiffres ? Face aux tenants du cloud public que sont Google et Amazon, quelle est la part de cloud privé générée par Microsoft et IBM ? »

4 angles d’attaque

Pour se faire, Google a fait appel à Diane Greene, co-fondatrice de VMware, propulsée responsable du pôle Cloud de l’entreprise (comprenant Google for Work, Google Apps et Google Plateform). Et le plan d’action se divise en quatre principaux aspects.

  • Création de 12 nouveaux datacenters dans des zones stratégiques. Le géant américain a jeté son dévolu sur l’Oregon et Tokyo pour ses infrastructures. Grâce à cette nouvelle capacité, la Google Cloud Platform (GCP) multipliera le nombre de ses sites par 4.
  • Des renégociations tarifaires. Dans un billet, Miles Ward, responsable de l’offre GCP a laissé entendre que les services de Google seraient de 15 à 41% moins chers que ceux d’AWS.
  • Une mise en valeur se l’offre. Plus reconnu pour son moteur de recherche que son offre Cloud, Google a pourtant des arguments à faire valoir car son offre couvrirait tous les spectres de l’IT avec de l’infrastructure (IaaS), de la plateforme (PaaS), du développement (Computer Engine ou App Engine), du stockage (Bigtable, Datastore), du réseau (Load Balancing, Dataflow) ou du Big Data (BigQuery, Dataflow).
  • Surfer sur le machine learning (l’intelligence artificielle). Google peut se targuer d’être à la pointe sur ce secteur et peut jouer dessus. Le projet de recherche Deep Learning, la victoire d’AlphaGo contre le champion du monde du jeu de Go, « 1500 projets internes font appel au machine learning » rappelle Christophe Baroux, responsable de GCP pour la zone EMEA.

Et se focaliser sur le machine learning est un très bon choix selon Louis Naugès. « La prochaine décennie sera celle du machine learning. Or, aucune entreprise au monde ne pourra en faire en interne, sans la puissance de calcul du cloud. Le machine learning sera le cheval de Troie de Google pour proposer d’autres services ».

Néanmoins, ce n’est pas tant la qualité des services proposés par Google qui leur font défaut, mais leur image. « Google a du mal à convaincre, notamment les grands comptes. Il a un déficit d’image », estime Louis Naugès. « Cela ne suffit pas d’avoir d’excellents produits pour que les clients viennent à lui. En face, les commerciaux d’IBM et Microsoft tissent des relations avec les DSI depuis 20 ou 30 ans. »

Découvrez nos offres de Cloud applicatif.

 

netflix-spotify

Cloud : Netflix et Spotify franchissent le cap

L’information vient de tomber. Spotify, le géant suédois de streaming musical, a annoncé la migration de l’ensemble de ses infrastructures informatiques dans la Google Cloud Platform (GCP).

Bien que l’argument financier soit avancé pour justifier ce changement, il n’en reste pas moins un choix stratégique salué par beaucoup d’experts. « L’offre de Google dans le Cloud arrive à maturité. Si Amazon Web Services (AWS) demeure supérieur sur d’autres volets, le groupe a une longueur d’avance au niveau de l’analyse en temps réel des données » estime Fouad Maach, manager et architecte cloud chez Beamap. « En termes d’algorithme et d’analyse prédictive des usages des utilisateurs, un outil comme BigQuery est supérieur aux autres solutions du marché » renchéri Antoine Jacquier, expert du Cloud et associé chez Nuageo.

Cette migration et l’accès à ces nouvelles technologies peut même ouvrir de nouvelles perspectives à Spotify : « L’un des objectifs pourra être de savoir quels types de musiques et de chanteurs écoute un utilisateur en vue de lui faire des recommandations » explique Christophe Baroux, responsable de la Google Cloud Platform en Europe du Sud, Moyen-Orient et Afrique.

Historiquement en partenariat avec AWS, le leader mondial de la musique en streaming change donc son fusil d’épaule. Néanmoins Spotify va continuer d’héberger les fichiers musicaux chez AWS, la migration vers GCP concerne surtout les comptes utilisateurs (environ 30 millions d’abonnées payants et plusieurs dizaines de millions de gratuits). Un processus qui devrait prendre 18 mois.

Netflix finalise sont externalisation

AWS se consolera néanmoins avec la finalisation de l’arrivée de Netflix dans son Cloud public. Amorcé il y a plus de 7 ans, l’autre géant du streaming a terminé d’externaliser ses serveurs. Une décision qualifiée de nécessité par l’entreprise : « Le produit Netflix a continué d’évoluer rapidement, incorporant de nombreuses fonctionnalités gourmandes en ressources et reposant sur un volume de données en augmentation constante. (…) Avec nos centres de données, nous n’aurions pas pu réorganiser les serveurs assez vite. La souplesse du Cloud nous permet au contraire d’ajouter des milliers de serveurs virtuels et de pétaoctets de stockage en quelques minutes » explique la firme sur son blog.

Une initiative saluée par Christophe Baroux : « Ce sont des sociétés qui ont de forts pics de charge. Le Cloud est très adapté à ce type de fonctionnement : quand le client a besoin de davantage de capacité, on la fournit. Quand cela diminue, on réduit la voilure » explique t’il.

Une manœuvre pleine de sens lorsque l’on observe que pendant certaines grosse soirée de prime-time, un tiers de la consommation de la bande passante est utilisée par Netflix aux États-Unis.

Découvrez nos offres de Cloud applicatif.