Archives mensuelles : avril 2017

Logo Simplivity

Evénement hyperconvergence – Lyon le 16 mai

« L’émergence des architectures hyper convergées constitue une révolution car elle permet de concevoir des infrastructures simples, agiles, faciles à administrer et dont le coût de possession est largement inférieur à celui des infrastructures traditionnelles. L’hyper convergence s’inscrit parfaitement dans la logique de transformation numérique qui touche aujourd’hui toutes les entreprises. »

Hewlett Packard Enterprise a récemment fait l’acquisition de Simplivity, pionnier dans le domaine de l’hyperconvergence. Pour l’occasion, venez découvrir l’association de la puissance industrielle d’HPE, combinée au leadership technologique de Simplivity,

Une présentation de la nouvelle gamme de système hyper convergé de HPE sera organisée en avant-première régionale, le mardi 16 mai à Limonest à partir de 9h.

Au programme :

  • Un accueil autour d’un petit-déjeuner
  • La présentation de l’offre HPE Simplivity
  • La présentation des cas d’usage et les aspects économiques
  • Une démonstration
  • Une session de question/réponse

Retrouvez notre invitation officielle ou inscrivez vous directement ici pour participer à cet événement exceptionnel.

 

La-transformation-numerique

Les bénéfices de la transformation numérique

Le Gartner vient de publier une nouvelle étude concernant le rapport des dirigeants vis-à-vis de la transformation numérique au sein des entreprises. Quels enjeux ? Quels objectifs ? Quels résultats ? Eléments de réponse.

388 CEO de grandes organisations (pesant 1 milliard de dollars annuels) ont été interrogés pour réaliser cette étude. Dans le cadre de la transformation numérique, il s’avère que la croissance serait le principal moteur de cette transformation avec 58% des sondés qui valident cette affirmation (+16% par rapport à l’année dernière). 47% des dirigeants reconnaissent avoir été incités par leur conseil d’administration, à améliorer l’activité digitale de l’entreprise.

Une attitude logique car 56% déclarent que les progrès réalisés dans ce domaine ont débouché sur une amélioration de leurs profits. « La perception qu’ont les CEO des bénéfices apportés par une stratégie d’activité numérique s’améliore », explique Mark Raskino, analyste au Gartner « ils sont désormais capables de décrire plus spécifiquement les bénéfices attendus. Si un nombre important de CEO évoquent toujours l’e-commerce ou le marketing digital, ils sont de plus en plus nombreux à évoquer des activités plus avancées telles que des produits digitaux, des innovations en matière de services, l’IoT ou encore les plateformes et écosystèmes digitaux ».

Certains poussent même la transformation numérique encore plus loin. 20% des CEO interrogés admettent avoir une approche « digital first » : « Il s’agit par exemple de créer la première version d’un nouveau type d’activité ou de développer une application mobile », explique Mark Raskino, qui indique que 20% des grands patrons ont injecté du numérique dans le cœur de leur activité.

Néanmoins il est difficile d’établir des résultats concrets. C’est là que le rôle du DSI devient important : apporter leur expertise aux dirigeants : « Il faut avant tout se rappeler qu’il est impossible de graduer ce que l’on ne peut pas quantifier, et que l’on ne peut pas quantifier ce qui n’est pas défini. Il faut se poser la question : Qu’est-ce qui est numérique selon nous ? Quel type de croissance recherchons-nous ? Quelle est notre paramètre numéro un et quels indicateurs clés de performance devons-nous modifier ? » conclut le rapport.

Découvrez nos applications collaboratives pour les entreprises !

 

transfo numerique

La DSI entame sa transformation numérique

Le monde de l’entreprise est de plus en plus exigeant. Beaucoup de PME ont de réels besoins autour de l’informatique et du digital, mais pas forcément les moyens pour recruter quelqu’un à plein temps ou externaliser leurs infrastructures. Face à ce nouveau défi, le métier de Directeur Système Informatique (DSI) entame sa mutation.

La principale qualité d’un patron de PME est sa polyvalence. Il n’est pas rare que l’entrepreneur soit toujours par monts et par vaux afin d’économiser de la main d’œuvre. Néanmoins, lorsqu’il s’agit d’informatique, la volonté seule ne suffit pas toujours. Alors que faire ? Embaucher un DSI ? Trop cher et inutile à plein temps… Et si un DSI à temps partagé était la solution ?

Le concept est très simple, à l’instar d’autres professions, il s’agit de mutualiser le temps de travail d’un DSI en l’engageant comme prestataire. Un expert intervient donc un ou plusieurs jours par semaine, selon les besoins, et permet au gérant de se focaliser sur son cœur de métier. De l’infogérance à domicile somme toute.

Selon Emmanuel Rolland, président d’Avipur, le coût d’un DSI à temps partagé peut fluctuer de 800€ à 1500€/jour de prestation, selon la compétence. Un tarif « plus compétitif à compétence égales, qu’un salaire à temps plein (…) Mais au-delà du budget accessible, c’est surtout la possibilité de moduler le volume d’intervention en fonction de nos besoins et des temps forts de l’activité qui prime ».

Enfin, dernier avantage non négligeable, le DSI est disponible instantanément, sans avoir à passer par le long processus de recrutement et de formation. Il s’agit d’être réactif et flexible face aux évolutions rapides que peuvent avoir les PME en pleine croissance.

Découvrez notre offre d’applications collaboratives.

 

Enterprise Resource Planning System ERP in word tag cloud

ERP, les décideurs aiment le SaaS

Comme chaque année, Panorama Consulting nous délivre son étude consacrée aux ERP (progiciels de gestion intégrés). Implémentation, personnalisation, bénéfices ou inconvénients, voici tout ce qu’il faut savoir des tendances.

L’étude se cantonne aux données récoltées sur les douze derniers mois, entre mars 2016 et février 2017 auprès de 342 entreprises utilisatrices d’ERP. Premier constat, 27% des sondés indiquent avoir opté pour la solution SaaS (implémentation multi tenant) pour leur ERP. Une évolution conséquente puisqu’ils n’étaient que 17% l’année passée. Dans le même temps, la proportion des ERP déployés en mode Cloud (mono tenant) ont drastiquement reculé de 27% l’année précédente, à 6% cette année ! On dénombre donc logiquement une augmentation de 11% d’ERP implémenté on premise.

Pourquoi un tel recul ? 72% des sondés ayant opté pour un déploiement privé expliquent qu’il s’agit d’une question de sécurité quant au risque de perte de données, et 12% par crainte de brèches de sécurité. Et lorsqu’il s’agit de sécurité, les décideurs ne lésinent pas sur les moyens. 88% des interrogés révèlent ainsi avoir demandé la possibilité de modifier le code source, quitte à complexifier les mises à jour et augmenter les coûts.

Enfin, 70% se disent satisfaits de leur implémentation (+13%), pour 26% d’insatisfaits. A noter également que 50% des répondants se disent non satisfait de l’éditeur de leur solution ! Côté résultat, 78% ont constaté un bénéfice lié au projet, même si 37% reconnaissent un bénéfice inférieur à la moitié du résultat escompté.

Découvrez nos solutions applicatives !

Cloud_elegant

Cloud, OVH rachète vCloud Air

C’est une annonce qui fait a fait l’effet d’une bombe dans le microcosme du cloud. OVH, fournisseur d’infrastructure français, vient de faire l’acquisition de la plate-forme IaaS vSphere vCloud Air de VMware. Même si le montant de la transaction n’a pas été dévoilé, les deux parties se félicitent de cette transaction.

L’opération est prévue pour le second semestre de cette année. OVH, qui a donc récupéré les centres de données, les opérations ainsi que les équipes, opérera le service sous le nom de vCloud Air Powered by OVH. La firme de Roubaix continuera donc l’exploitation des services de cloud hybride, en étroite collaboration avec VMware sur certains aspects liés au Patriot Act.

« Nous sommes très heureux d’annoncer cette nouvelle étape dans l’évolution de vCloud Air. Depuis plusieurs années, nous vivons un partenariat pérenne et fructueux avec OVH et nous envisageons cette acquisition comme une extension de ce partenariat, qui sera bénéfique à nos clients et nos partenaires. Les clients profiteront de la présence mondiale d’OVH, d’un service client personnalisé, tout en conservant la technologie SDDC de VMware à laquelle ils sont habitués », a affirmé Pat Gelsinger, PDG de VMware dans un communiqué.

De son côté, Octave Klaba, PDG d’OVH se félicite : « À travers cette relation stratégique entre OVH et VMware, qui comprend une R&D conjointe et la distribution de solutions haut de gamme, OVH prend la tête du marché européen du cloud privé (…) Grâce à cette acquisition, OVH sera en mesure d’offrir une proposition de valeur unique, adaptée aux déploiements des plus grandes entreprises. Elle comprendra une large palette de solutions de migrations et des fonctionnalités avancées autour des infrastructures hybrides et des datacentres virtuels. Cela profitera à l’ensemble de nos clients à travers le monde. » 

Ainsi après OutScale, c’est au tour d’OVH de renforcer sa présence sur le territoire américain… Nouvel eldorado des fournisseurs IaaS français?

Externalisez vos infrastructures !