Archives mensuelles : mai 2015

Cloud Computing : privé, public ou hybride ?

Qu’est-ce que le cloud privé ? Quelle est la différence avec le cloud public ? Le point sur les définitions des différentes solutions d’hébergement de données « en nuage ».

Cloud public : l’hébergement de données à faible coût

Encore majoritairement utilisé par les entreprises françaises, le cloud public correspond à l’hébergement de données via Internet, sur des serveurs partagés. Elles seraient ainsi 63% des sociétés françaises de plus de 10 salariés utilisant le cloud à opter pour ce type de service, selon l’Insee, contre 55% à utiliser le cloud privé.

Généralement moins cher que les services de cloud sur serveurs dédiés, le cloud public offre une certaine facilité et rapidité d’utilisation ; les petites entreprises ou organismes démarrant une nouvelle activité l’apprécient davantage. Mais quelques inconvénients poussent de plus en plus les sociétés à se diriger vers le cloud privé :

  • Le lieu de stockage de données (data center) peut être n’importe où dans le monde. La visibilité et le contrôle de ces données est donc réduite, et la vitesse des transferts de données peut être limitée
  • La sécurité des données informatiques et des logiciels, certes accessibles uniquement par le client, mais hébergés sur des serveurs partagés avec des milliers d’autres entreprises, est parfois remise en cause

Cloud privé : un serveur dédié pour une sécurité renforcée

Le « nuage informatique » public peut ainsi devenir un obstacle lorsque l’entreprise dispose de données ultra confidentielles, dans certains secteurs comme la Finance ou l’industrie pharmaceutique par exemple.

Le Cloud privé est alors une solution à privilégier, et davantage sécurisée que le public. L’information-communication est le premier secteur à opter pour cette solution, avec 71% des sociétés utilisant le cloud ayant opté pour un serveur dédié, suivi par les activités spécialisées, scientifiques et techniques (19%).

Deux types d’hébergement sur serveur dédié existent :

  • Le Cloud privé interne ou « Managed private cloud » : le fournisseur de services d’infogérance propose un cloud dédié à une seule entreprise, dont l’infrastructure est hébergée au sein de ses locaux
  •  Le Cloud privé externe ou « Hosted Private cloud » : le prestataire de services héberge dans son data center les données de l’entreprise cliente, sur un serveur dédié

Cloud hybride : de plus en plus en vogue

De nombreuses entreprises optent désormais pour le Cloud dit hybride. Ce dernier permet de combiner un hébergement sur un serveur dédié, pour les opérations et applications plus sensibles et confidentielles par exemple, et un hébergement sur un serveur partagé. Si l’inconvénient est de suivre plusieurs fournisseurs, cette répartition reste cependant très avantageuse en termes d’efficacité.